Introduction
Résistance
Maquis
5e DB-US et C.I.A.
Armée Française
Para
L'Indochine
En France
L'Afrique
A nouveau la France
Création U.N.P.
Les fondateurs de l'U.N.P.
Debout les Paras
Le Général gracieux
L'aïkido
Les premiers présidents
L' U.N.P.
Visites de sections
Le Service Social
A nouveau l'Afrique
Les grands oubliés
Hommages
N'oublions pas
L'esprit para

 

Galerie

 

 

 

Présidence du Général GRACIEUX

( 1964-1974 )

 

En ces temps-là, nous vivions une époque trouble et difficile à la suite des événements d'Algérie. Le gouvernement voyait avec une extrême méfiance tout regroupement para d'autant plus que l'action sociale de l'UNP était totalement axée sur l'aide aux paras, détenus politiques du régime et à leur familles. De plus, bon nombre des adhérents de l'UNP avaient été mêlés de près ou de loins aux évènenents tout comme le Président TRINQUIER.
Malgré 1'extrême prudence et l'apolitisme affiché de l'UNP, celle-ci n'était pas loin d'être considérée comme une organisation subversive. Elle était la cible de nombreuses provocations. Les réunions étaient observées par les " barbouzes " comme on les appelait à l’époque
( agents des polices parallèles ).
En 1964, Le Président TRINQUIER demanda au Général GRACIEUX d'accepter la présidence de l'UNP. Ce dernier avait une grande audience en tant qu'ancien ’général’ayant commandé la 10 ème Division Parachutistes, d'autant moins marqué que le Colonel TRINQUIER . De plus, le Général CRACIEUX avait un crédit moral très important dans tous les milieux y compris politiques, ce qui lui permettrait de surmonter les obstacles qui ne manqueraient pas d'être dressés pour barrer la route à l'UNP.
Devant la nécessité du moment l'UNP continua à axer sa politique social entre autres, au profit des parachutistes victimes de la tragédie d'Algérie en collaboration avec le S P E S présidé par le professeur La HARGUE et le Comité d'ENTR'AIDE PARACHUTISTES présidé par le général EDEL.
Le Général GRACIEUX de par ses fonctions de Secrétaire Général de la chambre Syndicale de la Métallurgie de Haute Précision. était de ce fait, en relation avec les chambres de toutes les autres corporations.
A partir de là, nous fûmes à même d’assurer une action beaucoup plus efficace du fait de la générosité de grandes Entreprises, et de reclasser nos paras.
J’eus de ce fait l’occasion de rencontrer des grands de ce monde dans les milieux Politiques, Industriels et Militaires.
L’ UNP à cette époque était bien renseignée sur les réactions qu’elle suscitait, mais il est encore trop tôt pour dévoiler les sources de ces informations si ce n’est que leurs origines étaient de très hauts niveaux.
Dirigée par une équipe dévouée et désintéressée, son action était positive.

Le reclassement.
A cette époque l' action sociale était l’activité prioritaire de l’UNP.
Nombreux étaient les Parachutistes sans travail. Bon nombre avaient quittés l' Armée à la suite des événements d'Algérie, alors que d'autres à peine libérés de prison, se retrouvaient au ban de la société et malheureusement souvent sans métier.
Le Service du reclassement fut confié au Colonel Buchoud.
Ainsi grâce au dynamisme, au charisme légendaire et à la grande grande capacité d' organisation du Vice-Président, fut créé un remarquable outil dont l' efficacité se trouva décuplée par les relation entretenues avec différents organismes tel le Service de Reclassement de la Fédération Nationale des Anciens Militaires de Carrière, dont il était le Président fondateur.
Épaulé par une solide équipe composée plus particulièrement du Colonel Weil, du Commandant Vitasse, des Capitaines Cauhépé, Clédic, Gruet et Mosconi, ainsi que de moi-même en tant que Secrétaire Général de l' U.N.P., tous aussi désintéressés que dynamiques, le Colonel Buchoud tissera et développera un réseau de prospection ténu, adapté au différentes Régions nationales.
Ainsi dès 1965, le Capitaine CAUHEPE prenait en charge la région méditerranéenne. rejoint quelques temps après par le Commandant VITASSE.
Le Capitaine MOSCONI, en temps que directeur de plusieurs centres de formation accélérée de la région parisiennes s’occupait principalement de la formation.
Personnellement, avec le Cdt HORA je touchais la majorité des entreprises de bâtiments et Travaux Publiques.
Le général GRACIEUX avait quant à lui, une prépondérance pratiquement dans tous les secteurs par le biais des Chambres syndicales.
Les cadres étaient reclassés de préférence dans des Sociétés importantes et avaient obligation d’entrer dans le système d’ouverture à l’embauche de nos demandes en priorité. C’est ainsi que certaines compagnies et sociétés se retrouvèrent par la suite avec un grand nombre d’anciens paras dans leur effectif et bien souvent à des postes clés.
Voila ce qu’était le service de reclassement de l’UNP dans ses premières années.
Un service organisé et dirigé par des cadres de métier, sur des bases solides, ce qui lui donna rapidement son importance et son efficacité.

Le Colonel BUCHOUD présentait ainsi son bilan dans D.L.P. n° 12 de septembre 1967 :
<< . . 324 demandes de reclassement soit 28 par mois. A ceux-ci il faut ajouter un certain nombre difficile à évaluer de camarades venant à nous pour la deuxième fois, et nous devons souligner à ce sujet que nous ne considérons pas le reclassement comme le fait d’offrir un premier emploi, mais comme la réinstallation que nous pouvons considérer comme stable dans une vie active nouvelle. Or avant d’acquérir cette stabilité il faut parfois deux ou trois essais, ce qui est bien concevable. Notre assistance est donc offerte pendant un temps assez long.
Pour faire face à ces demandes, il faut recueillir des offres d’emploi. Dans le courant de l’année, nous avons recueilli 578 offres, soit 48 par mois.Evidemment parmi ces offres, celles concernant des emplois modestes sont plus nombreuses que les autres. . .
Dans le courant de l’année 1966, nous avons reclassé 279 personnes, soit 23 par mois.. . .
Notre efficacité , outre le nombre d’offres d’emploi que nous recueillons, dépends de l’organisation du service. . .>>
Si dans la conjoncture du moment le social avait une grande place, il n'en reste pas moins que le développement des Sections sportives était important de façon à entretenir le moral et créer une cohésion.

Para-Club
Dans la région parisienne, le Para-club avait été pris en charge par le Colonel LENOIR et le capitaine ASSEMAT.
Sa création officielle fut enregistrée le 5 février 1965 bien qu’il fonctionnait déjà depuis 1964.
Les jeunes et les moins jeunes s’entraînaient et sautaient tous les Week-End à Meaux, encadrés par des moniteurs compétent comme ROUXEL et VERNAZ.
Suivant l’exemple de Paris, plusieurs sections de province créèrent leur para-club sous l’effigie de l’UNP, avec des succès encourageants.
Le para-club de l’UNP annonçait un bilan de 71 nouveaux brevetés civils et 752 sauts pour l’année 1967, rien que pour la section de Paris ( DLP n° 15 de juin 1968 )

Aiki-do
La Section ayant été mise en place par Jean-Daniel CAUHEPE à la suite de l’enthousiasme que créa une démonstration brillante qu’il organisa au cours du dîner d’une St.Michel au siège de Rhin et Danube en 1964.
Une salle fut équipée d'un tatami au siège de 1'UNP, et les adeptes s’y entraînèrent plusieurs jours par semaine. Les cours y étaient donnés par le plus éminent des professeurs français de l'époque, maître André NOCQUET , et son assistant JD. CAUHEPE ainsi que leur équipe de moniteurs
La réussite de cette section fut si rapide qu’une équipe de l’UNP fut en mesure de faire une démonstration de groupe lors de la fête de notre St. Patron au pieds du Mont St Michel, c’était en 1965.
Dès le début des Sections Aiki-do structurées sous le sigle UNP, se créèrent rapidement à travers l’hexagone. Bordeaux, Valence, Perpignan ou Roger PRALON alla même jusqu’à créer une section fédérale etc. . .



La Section Aiki-Do en démonstration au Mont St. Michel en Juin 1965
( en blanc : Maître Nocquet )

Sections UNP

Contrairement à ce qui sera annoncé par la suite par quelques chercheurs de gloriole, des Sections UNP, se créèrent rapidement à travers la France. Citons dans les premières : - Charleville,- Escaudain, - Isère, - Cannes - Calvados, - Roussillon, - Ain, - Drôme, etc . . .
D'autres Amicales d'anciens Paras déjà existantes rallièrent également l'UNP dont :
-Vercors-Vivarais, -Amicale des Ancien SAS et Parachutistes d'lle et Vilaine, qui par la suite se récusa pour constituer la Section -Ile et Vilaine. . .
La France entière fut prospectée par les membres du Comité Directeur, et l'on s'aperçu avec surprise que les Amicales spécifiquement paras, n'existaient pratiquement pas ou peu, ce qui expliquait la quantité de Sections UNP qui se créaient, ou étaient en voie de se créer.
La Première St Michel de l’UNP fut présidée par le colonel TRINQUIER, et célébrée au nouveau siège, rue de Naples à Paris en Septembre 1963. Quant à la première St Michel présidée par le Général GRACIEUX, elle se déroula dans les locaux de l'Association " Rhin et Danube à Paris le 26 Septembre 1964. On y comptait déjà..... 160 convives. En 1965, au Mont St. Michel nous étions près de 5000, ce qui donne un aperçu du travail accompli.

Il est particulièrement intéressant de noter que la première grande Assemblée Générale sous la présidence du Général GRACIEUX eu lieu le 20 juin 1965 au Mont St-Michel, et vit le premier meeting de sauts en parachute organisé par le Para-Club UNP de Paris sur le Mont lui-même, ainsi que la première exhibition publique de la Section Aki-do -UNP.
Cette Assemblée Générale fut un véritable pèlerinage : le premier des parachutistes auprès de leur Saint patron. Une plaque commémorative de ce premier pèlerinage fut apposée sur l'autel du Saint dans l'église du Mont. On peut voir cette plaque fixée au centre de l'autel aux pieds du Saint et près des armes du général LAMORICIERE. ( qui commanda les troupes Ponficales en l860 )
Le Général président, en rendant compte des activités de l'UNP et de son action sociale disait notamment au cours de cette Assemblée:
<< - L'Associations Nationale des Familles et Amis des Parachutistes, présidée par le Général De SAINT SALVY est, avec le Colonel TRINQUIER à la base de la création de l'A.P.A.R.O.M. qui alliée aux anciens du 9 ème RCP a formé le noyau de 1' UNP >> .
C'est en cette année là aussi, qu’il fut annoncé que le drapeau National de l'UNP, financé par une souscription auprès de ses adhérents, avait été commandé chez les Sœurs Clarisses de Mazamet. Au cours de cette ASSEMBLEE GENERALE de Juin 1965, le Comité directeur était élu à l'unanimité pour l'année, à savoir:

Président National : GRACIEUX
Vice-Président : BUCHOUD, - CABIRO, - TRINQUIER, - WEIL.
Secrétaire Général : ROSIER
Trésorier Général : MUET
Membres du Comité Directeur :
ALQUIER, D'AMONVILLLE, ASSEMAT, BOURDALET,
CLEDIC, COGNIET, CONAN, GAUTRON, FOURNIER-FOCH,
HORA, MARTY, MORIN, MOSCONI, PELLOUX,
PEYRONNET, PINEAU, RIOUAL. ROMAIN-DES-FOSSES
Commissaires aux comptes:
LE BOURHIS, - SCHWOEPFF.

La structure étant en place avec de nombreuses Sections qui se constituaient dans toutes les régions, il ne restait plus qu' à accélérer le recrutement des adhérents. Ceci en plus des occupations " pointues " tel que le social, et principalement la prospection auprès d'entreprises amies pour trouver du travail à nos " libérés ", mais aussi aux épouses sans ressource de ceux qui étaient toujours internés.

Différentes actions furent organisées et principalement l'opération dite " Boule de Neige" qui consistait à l'obligation pour chaque membre de l'UNP de recruter un nouvel adhérent.
L'UNP était apolitique. Elle ne fut jamais affiliée ni dépendante d'aucun parti.
C'était sa seule possibilité si elle voulait vivre.
Ses dirigeants le disaient et le faisaient savoir. Toutefois ils précisaient toujours:
Apolitique à condition que le fait de venir en aide aux parachutistes détenus et leur famille, ne soit pas considéré comme acte politique. A condition aussi que le respect de ses statuts ne soit pas considéré comme acte politique.
Malgré cela, nos détracteurs s’acharnaient sur ordre à affirmer le contraire.
Une grande pression dans ce sens était maintenue dans les unités parachutistes.

Ainsi est née et a grandi l'UNP dans ses premières années et ce jusqu'au décès de son président le Général GRACIEUX, survenu le mardi 23 avril 1974 à 14 heures à 1'hôpital de la Salpétrière de Paris.
L' UNP lui doit beaucoup, ainsi qu'à l'équipe dont il s'entoura, car c'est par les bases solides qui furent mises en place à cette époque, oh combien difficile! que l'UNP est ce qu'elle est aujourd' hui, ce que beaucoup de dirigeants et de nouveaux adhérents ne semblent plus tellement ( ou ne veulent plus ) avoir conscience.



Le Président de l’UNP
Général GRACIEUX
 

 


haut de page | chapitre précédent | chapitre suivant