Introduction
Résistance
Maquis
5e DB-US et C.I.A.
Armée Française
Para
L'Indochine
En France
L'Afrique
A nouveau la France
Création U.N.P.
Les fondateurs de l'U.N.P.
Debout les Paras
Le Général gracieux
L'aïkido
Les premiers présidents
L' U.N.P.
Visites de sections
Le Service Social
A nouveau l'Afrique
Les grands oubliés
Hommages
N'oublions pas
L'esprit para

 

Galerie

 

 

 

La Création de l'UNP

 

L’A P A R O M - En 1961, le Colonel TRINQUIER était le président de l’Association des Parachutistes d' Outre Mer apparentée à l'Association Nationale des Familles et Amis des Anciens Parachutistes d' Outre Mer, créée par le Général de Saint Salvy. Ces deux Associations étaient domiciliées à Paris chez le Général de SAINT SALVY.
Cavalier, le général de SAINT SALVY dont les deux fils officiers parachutistes avaient été tués, l’un en Algérie, l’autre à Dakar dans un accident. Originaire de la région de Castelnaudary, il était très ami avec le Bachagga Bouhalem et avait recueilli beaucoup de Harkis dans son domaine. Par souvenir de ses fils et par conviction, il était donc très proche des parachutistes.
L'A P A R O M était également affiliée à la FNPF.
Souvent l 'A P A R O M recevait des paras métropolitains qui désiraient adhérer mais les statuts et l’intitulé même de l’association ne le permettaient pas.
Les dirigeants de L' A P A R O M en étaient parfaitement conscients et en officialisaient l’idée. Dans la réalité, c’était surtout l’étroitesse de nos locaux et surtout notre promiscuité avec les habitants de l’appartement qui avaient la gentillesse de nous héberger. Plusieurs fois le Colonel avait aussi soulevé l'idée de constituer une Fédération qui regrouperait tous les anciens paras sans exception et ceci dès 1961.
L'idée officielle ayant fait son chemin, elle devint projet et discutée au cours d'une réunion du bureau où le président TRINQUIER donna l’information qu'il avait déjà pris des contacts dans ce sens avec le Colonel BUCHOUD, lui aussi tenu au courant par quelques - uns de ses anciens compagnons avec lesquels il était resté en relation. Il serait d'accord pour participer avec son amicale à ce projet.
Quant au local, le président de l'ACUF, le Général CHASSIN aurait donné sous couvert du Général SALAND, son accord pour l'installation éventuelle avec eux dans leur immeuble rue de Naples à Paris.
Une assemblée générale de l'APAROM faite dans une brasserie de la place du Chatelet entérina la création de la nouvelle organisation et l'adhésion de 1' APAROM en 1962.
ll en fût de même du côté du Colonel BUCHOUD pour son AMICALE des ANCIENS du 9° RCP. CONST1TUTION - La première réunion restreinte, constitutive eu lieu dans les locaux de l'Association des Anciens Sous-officiers de Carrière sise Bd Sébastopol à Paris, sur convocation du Colonel BUCHOUD.
Elle comprenait, outre le Colonel BUCHOUD avec une autre personne, le Colonel TRINQUIER, J. ROSIER , le Général TOUZET - DUVIGIER.
Par la suite, deux autres réunions de travail eurent lieu au même endroit dans les semaines qui suivirent et furent élargies à quelques autres anciens paras, et entre autre, le président de la Section du quartier République, spécialement créée à l'intention de notre "Fédération".
A une de ces réunions assista également le général BOYER de LATOUR qui exprima son encouragement et assura de son soutien.

La première discussion porta sur le nom à donner au nouvel organisme. L'idée maîtresse restant le regroupement fédératif des Associations et Amicales existantes ou à venir, tel que : FNP.. . . FFP mais oui déjà! pourtant il faut préciser que le sigle FFP retenu par la suite par la FNPF, n'a rien à voir avec l'UNP, si ce n'est que les deux organismes eurent toujours entre elles des relations étroites et très fraternelles.
Finalement le terme Fédération fût abandonné pour ne pas heurter certaines susceptibilités et surtout éviter toutes confusions avec la FNPF .

U N P
: UNION NATIONALE DES PARACHUTISTES fût adoptée à l'unanimité.
C'est aussi au cours de ces réunions que les statuts furent élaborés.
“ROSIER, faites nous un projet de Statuts”. . . me demanda le Colonel BUCHOUD.

A la réunion suivante, je présentais le projet, sans aucun mérite d’ailleurs puisque j’avais pratiquement recopié ceux de l’APAROM à quelques changements près.
Ils furent discutés et adoptés à la réunion suivante après quelques modifications mineures et notoirement l'article 3 qui resta le même en totalité.
L'UNP s'était donc constituée sous une forme fédérative. A l'article 1 de ses statuts il était précisé qu'elle réunissait les Amicales régimentaires ainsi que les Amicales régionales départementales ou locales des anciens militaires ayant servi dans les unités parachutistes. Elle ne recevait pas d'adhésions individuelles.
L'UNP fut avant tout l'émanation de l'APAROM qui en constitua le premier noyau et de l'Amicale Régimentaire du 9° RCP. Sa première Section constituée fut celle de Paris République. Le premier bureau de l UNP était comme suit :
Président : Cel .TRINQUIER
Vice- Président : Cel. BUCHOUD
Secrétaire Général : J. ROSIER

Il n’y eu pas de trésorier, car initialement, le problème qui ne trouva pas d’accord sur l’immédiat, fut bien celui des finances.
Aucune des deux Associations constitutives ne pouvaient assurer les frais de démarrage.
Je m’engageais donc à assumer personnellement la couverture des frais de fonctionnement du début, à savoir : fournitures de papeteries et frais de courrier.
Tout le monde étant d’accord, le bureau me demanda de déposer les statuts à la préfecture.
La déclaration de constitution et les statuts furent élaborés puis déposés à la préfecture de Police de Paris par moi-même.
Elle parut au Journal Officiel du 27 Février 1963 page 2000 . Son siège légal était rue de Naples à Paris.*

* - Il est rappelé aux collectionneurs de pièces anciennes qu’il est possible d’obtenir des potocopies de ces pièces et reçus de dépots en en faisant la demande à la préfecture de police de Paris.
Il en est de même pour les extraits du Journal Officiel, bien que l’idéal pour le JO est d’en faire une copie ou teléchargement sur : http://www.journal-officiel.gouv.fr/ ainsi que sur : http://www.legifrance.gouv.fr/

 

 


haut de page | chapitre précédent | chapitre suivant