Debout - Accrochez
 
  Gazette des Anciens                                                                                 Juillet - Août  2007


Cette Gazette est ouverte à tous les Anciens dans le cadre du site
___________________________________________________________________________________
Maquis et Résistance

Jeunesse dans la guerre

_____


C’est pour commémorer mes 80 ans qu’en juin 2007 j’ai fait un voyage en Normandie  sur les lieux de mes aventures de jeunesse.
Ce voyage était plutôt un pèlerinage sur les lieux où de jeunes français s’étaient engagés dans une lutte terrible par passion pour la France.
Beaucoup sont morts au cours de la guerre, d’autres ont été emportés par l’âge et aujourd’hui il est bien difficile de trouver des survivants qui participèrent aux aventures de cette époque.
Les années précédentes, je m’étais rendu avec émotion dans d’autres endroits du secteur où j’avais vécu des aventures mémorables de maquisard et résistant.
Cette année, j’ai voulu revoir l’endroit qui avait été le PC de la Résistance  derrière les lignes Allemandes en Normandie, et où j'avais plusieurs fois séjourné.
“La Bretellière”, cette vieille ferme qui avait été louée par le commandant Grégoire, soi-disant pour des réfugiés. C’était une ancienne ferme délabrée et perdue dans la nature, comme d’autres à quelques kilomètres à la ronde dont certains des fermiers devinrent d’authentiques résistants. Il y avait la ferme du “Grand Touchant”, la ferme du “Petit Touchant” et d’autres, appartenant aux familles Dugast, Ragot souvent encore exploitées à l’heure actuelle par les enfants et petits-enfants de ces résistants.
La  ferme de “Dugast” dira J.Séailles (alias commandant Grégoire)   dans son livre “Rebelles et Résistants”, Histoire des maquis de Saint-Mars du désert,
cette ferme de Dugast avait sa table toujours ouverte et dans sa cour attenante, de mai à Août 1944, toute la résistance a défilé : agents Anglais et leurs radios, qui venaient d'être parachutés, groupes itinérants, FTP bretons, aviateurs récupérés et simples réfractaires, puis aussi des hommes et femmes de toutes nationalités : Russes, Grecs, Sénégalais, Canadiens etc

La “Bretellière “ n’éxiste plus. Mais à sa place a été élevée une stèle du souvenir (voir la photo)

Sur laquelle on lit :
ICI  DE LA  BRETELLIERE
DES HOMMES ET DES FEMMES DE TOUS PAYS
SOUS L’IMPULSION DU MAJOR DE BAISSAC, Cdt DENIS  - LISE DE BAISSAC -
JEAN SEAILLES, Cdt GREGOIRE  ONT LANCE LE COMBAT POUR

LA LIBERTÉ A L’ARRIERE DES TROUPES
ALLEMANDES DU FRONT DE NORMANDIE
.
C’est avec l’émotion du souvenir et en pensée à la mémoire de mes anciens camarades que je me suis recueilli devant cette stèle, le jour de mes 80 ans.



Nota : Cette stèle est au début d’un petit chemin sur la propriété  agricole de

Monsieur et Madame RAGOT
“L”Oisonnière”
53700 - SAINT MARS du DESERT
Tél : 02 43 03 26 70

Monsieur Claude Ragot  est le fils et le petit-fils des Ragot père et grand-père qui étaient des fermiers résistants que j'ai connus à cette l’époque.
Leur ferme est voué à l’élevage, mais ils sont aussi enregistrés comme chambres d’hôtes aux Gîtes de France et classé deux Epis 2007.
C'est un endroit isolé à la limite des départements de la Sarthe et la Mayenne où il fait bon vivre dans une campagne reposante et généreuse.
Si vous êtes de passage, si vous recherchez le repos, ou bien êtes interessé par l'épopée des maquis Normands, je vous conseille cette adresse.




Les prix, petit déjeuné compris :
1 pers.=29 € - 2 pers.=38 € - 3 pers.= 49 €- Lit supplémentaire=13 €
repas  =16 €
              
___________________________________________________________________________________
Nos peines :

L'Artilleur de Koufra s'est éteint



Nous apprenons avec tristesse le décès de notre ami le Colonel Roger CECCALDI
Ses obsèques eurent lieu le Lundi 25 juin à Toulon.




Roger Ceccaldi


Roger Ceccaldi est né le 14 janvier 1913 à Chamberet en Corrèze, où son père est fonctionnaire des Finances.
Il rejoint très tôt la Corse, berceau de sa famille ; il est élevé à Saint-Florent.
Elève des écoles militaires, il s'engage à dix-huit ans dans l'Artillerie Coloniale et prépare à Damas le concours d'entrée à l'Ecole Militaire d'Artillerie de Poitiers où il entre en 1936.
En 1938 il sert au Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad (RTST) et commande une section d'artillerie à Faya-Largeau.
Le 26 août 1940, le Tchad, sous l'impulsion du gouverneur Eboué et du colonel Marchand, se rallie au général de Gaulle. Roger Ceccaldi signe son engagement dans les Forces Françaises Libres le jour même, restant affecté au RTST.
En février 1941, il participe d'une façon très active aux opérations de Koufra menées par le colonel Leclerc dans le désert de Libye.

Son seul canon de 75 lui vaut le surnom d"Artilleur de Koufra" sous lequel il est désormais connu.
Puis c'est le Fezzan et la Libye où le colonel Leclerc l'envoie étudier les "25 livres" que les Britanniques doivent fournir aux troupes de Leclerc. La Brigade Koenig ne disposant pas de ce matériel, il fait un stage au 4th Horse Royal Artillery (8ème Armée britannique). Son stage terminé il doit rentrer au Tchad mais le commandant du 1er Régiment d'Artillerie le retient en lui disant : "Nous serons très certainement attaqués demain matin, j'ai besoin de monde et je vous garde."
C'est ainsi que Roger Ceccaldi participe de bout en bout à la bataille de Bir-Hakeim (27 mai - 11 juin 1942) comme observateur d'abord puis comme commandant de deux "25 livres" récupérés sur une brigade hindoue détruite. Ses canons sont cités 16 fois dans le journal de marche du 1er RA à Bir-Hakeim.
Roger Ceccaldi est blessé à Bir-Hakeim le 6 juin 1942, par un éclat de bombe. Il ne participe pas à la sortie de la position, n'ayant pas été prévenu. Le commandant du 1er RA lui avouera plus tard n'avoir pu le faire pour des raisons de sécurité radio. Fait prisonnier par les Allemands, il est considéré comme rebelle.
Cependant, en raison du nombre de prisonniers allemands et italiens détenus par les Français Libres et devant les menaces du général de Gaulle et de Winston Churchill de leur appliquer le même traitement, en cas d'exécution de soldats de la France Libre, Roger Ceccaldi, comme ses camarades, est, au bout de deux mois d'une dure détention, reconnu comme prisonnier de guerre et transféré au camp de Sulmona dans les Abruzzes.
Roger Ceccaldi s'évade avec ses compagnons Robert Saunal et William Tardrew le 12 septembre 1943. 83 jours plus tard, le 4 décembre 1943, grâce à un guide bénévole italien, ils parviennent à rejoindre une unité de pontonniers néo-zélandais sur le Sangro, à Archi. Evacués sur l'arrière, hospitalisés et soignés, ils rejoignent Naples. Un commandant de liberty ship anglais les débarque à Bizerte ; le chef de gare, un Tunisien, leur offre un billet de train pour Tunis où la 1ère Division Française Libre (1ère DFL) se réorganise à 15 km au sud.
Ne pouvant se rendre au Maroc, Roger Ceccaldi accepte le commandement de la Compagnie de Canons de la 2ème Brigade, que lui offre le colonel Garbay. Il apprend, par le premier Bureau d'Alger, qu'il est déclaré, sur témoignage d'un officier de Bir-Hakeim, "décédé le 11 juin 1942" et qu'il a été nommé capitaine le 25 mars 1942.
Il participe à la campagne d'Italie dans le corps expéditionnaire du général Juin (au Garigliano en particulier) du 12 mai au 15 juin 1944.

Ensuite, il débarque en France avec l'Armée B du général de Lattre et c'est la remontée triomphale vers Toulon, Lyon, Belfort, les Vosges, Alsace. Sur les bords de l'Ill, ses canons font face à de dangereuses contre-attaques ennemies.
L'Allemagne est à portée de flèches mais la 1ère DFL n'aura pas l'honneur de franchir le Rhin. Roger Ceccaldi termine la guerre sur le front des Alpes, le 8 mai 1945. Au repos à Cannes, ses canons annonceront la fin des combats. Le 18 juin 1945, sa compagnie défile sur les Champs-Élysées où le général de Gaulle lui remet la Croix de la Libération.
Il aura servi quatre chefs prestigieux aujourd'hui maréchaux de France : Leclerc au Tchad, Koenig en Libye, Juin en Italie, de Lattre en France. Son nom figure dans l'historique de quatre régiments décorés de la Croix de la Libération ainsi que sur un canon de 155 au 3ème Rama.
Chef d'escadron en 1946, il sert à l'Etat-major de Toulouse (Groupement d'Infanterie n°6).
Affecté en Côte-d'Ivoire, Roger Ceccaldi est ensuite nommé successivement commandant de groupe en Indochine (GACAOF), commandant de groupe en Allemagne (8ème RAC), et à l'Etat-major de la Subdivision de Tananarive, 10ème Division Parachutiste où, adjoint au chef de corps, il commande l'Artillerie avec le grade de colonel.

• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 24 mars 1945
• Croix de Guerre 39/45 (2 citations)
• Croix de Guerre des TOE (3 citations)
• Croix de la Valeur Militaire (2 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille des Evadés
• Médaille Coloniale avec agrafes "Koufra", "Fezzan", "Bir-Hakeim", "Libye"
• Croix du Combattant Volontaire 39/45
• Chevalier de l'Etoile Noire (Bénin)
• Commandeur de l'Etoile d'Anjouan (Comores)

Publication :

• Koufra, souvenirs de l'Artilleur, paru dans la Revue des Troupes de Marine du Centenaire.
___________________________________________________________________________________



Un hommage peu commun


pour un homme d'exeption






                                                                 ( Article :" Var-Matin " du 07/07/07. -  Photo du général : collection J.Rosier )
                                                                                                                                               
___________________________________________________________________________________


Ne les oublions pas
________

Annecy a honoré leur mémoire



___________________________________________________________________________


Le Bulletin de liaison  du groupement
______




___________________________________________________________________________________

Information sociale :
Pour les expatriés
____



___________________________________________________________________________________

60 ans en Béarn
_____

        L’Ecole des troupes aéroportées de Pau fête cette année, le soixantième anniversaire de sa création. Les festivités débuteront par l’organisation du critérium national militaire de parachutisme du 24 au 28/09. A l’issue de cette compétition, les cérémonies officielles se dérouleront en deux temps forts autour de la Saint Michel, les 28 et 29 septembre 2007.
- Vendredi 28 : remise des récompenses du critérium, sauts de masse à partir d’avion(s) de légende (Dakota,…), cérémonies du dixième anniversaire de l’ouverture au public du musée des parachutistes, diner de cohésion, …
- Samedi 29 : Cross de cohésion, cérémonie militaire, cérémonie du dixième anniversaire de la signature du partenariat ETAP/LL LTS d’Altenstadt, démonstrations de saut, cocktail et buffet, …
 
Vous trouverez en document joint l’affiche support de cette manifestation. La participation à cette activité se fera sur invitation et de donner les éléments suivant pour obtenir tous les renseignements :
            Site internet : www.anaetap.org
            Mail : amicale.etap@wanadoo.fr
            Tel : 06 78 01 47 91*

___________________________________________________________________________________

Le Courrier :


Notre ami Wawa, l'ancien des combats du Tchad se sent bien seul.
Si quelques paras, parmis les combattants ont un peu de temps de disponible, il peuvent lui envoyer un petit mot à son adresse mail :  <wawadaniel34@wanadoo.fr>


..................les Sous-Off de Réserve ne sont jamais venus me "rencontrer" à domicile ( depuis le 1er juillet 2004 où Bénard Alain était venu pour préparer mon déménagement ),
`
  même pas par internet !....


alors puisque je suis "moribond" : ILS n'ont pas besoin de ma Cotise 2007..........


pourtant j'avais bradé . . . . .  juste pour régler mes cotises UNP et ADSORH 2004 !....et depuis plus rien !......



-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mon cher Wawa,

Par ton mail, je réalise la  déception que tu as ressenti pour le décrochage à ton égard de certaines Associations de ceux que tu considérais comme des amis ou tout simplement comme des camarades, peut-être paras aussi.
Je comprends cette déception de ta part pour l’avoir rencontrée moi aussi au cours de mon existence.
L’ami Bonnefond te dit : que c'est une réaction assez répandue dans l'espèce humaine .
Il a raison en partie, mais il faut éviter de généraliser systématiquement.
Pour une partie de l’espèce humaine, celle que j’appelle les nostalgiques des gloires manquées  qui sont rongés par l’ivresse du nombrilisme, ceux-la ne portent intérêt qu’à ceux qui peuvent leur apporter quelque chose: Intérêt par leur position, illusion  de prestige par leur représentation sociale etc . . .
Ceux qui n’ont plus le statut social requit, n’intéressent plus, même si hier ils étaient vantés comme les meilleurs amis. Ne dit-on pas " C'est dans le malheur que tu reconnais tes amis "
Par contre, les camarades avec qui tu as partagé la peur et la sueur devant le danger des combats ceux-là en général ne t’oublieront pas et ne te laisseront pas tomber, parce qu’ils ont acquis un esprit inconnu par les autres.
J’ai eu plusieurs expériences dans ce sens et ma réaction a été la même que la tienne : J’ai laissé tomber ces médiocres et mon esprit fraternel envers mes anciens compagnons  d’armes du terrain s’en est trouvé renforcé, c’est d'ailleurs à leur intention que j’ai depuis créé cette “Gazette des Anciens” en 2002.
Ta situation est injuste et terriblement pénible, mais gardes courage ami Wawa, il est possible d’aménager ta vie en tenant compte de ton handicap et surtout en renforçant les relations fraternelles de ceux avec qui tu as mélangé ta sueur.
Je crois  que ton nouveau fauteuil autonome devrait aussi te faciliter un nouvel aménagement dans ta vie. car il va te redonner une certaine autonomie.
Mon cher Wawa, tu te bats courageusement, comme un vrai para. Ne désespère pas Wawa, et n'oublie jamais : Toujours "BANZAÏ "
Bien amicalement,
J.Rosier

__________________________

De :       --------------------------
    Objet :     Amicale du 9
    Date :     5 juin 2007 20:03:04 HAEC
    À :       rosier.jean@wanadoo.fr

Bonsoir Jean
Ca serait gentil de faire un peu de pub pour notre amicale.
Merci et bonne continuation.
Mes amitiés
 
François
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bien sûr François que je vais faire de la pub pour ton cher 9.
D'autant plus parce que j'ai une affection particulière pour le 9ème RCP, et aussi la chance d'avoir bien connu un de ses anciens patron, le Colonel Buchoud. brillant chef de corps, brillant combattant comme tous ses hommes, de vrais paras. 
Et si on l'oublie un peu à l'heure actuelle, en ce qui me concerne je n'oublie pas que l'amicale du 9 fut avec l'APAROM,  le ferment de la création d'une grandiose, à cette époque, fédération d'anciens paras.
Quant à toi mon cher François, je sais le dévouement
désintéressé et l'ardeur  que tu donnes à cette Amicale, et je t'en félicite.
Tu es le digne petit fils de ton grand-père, héros de cette magnifique Unité.

Vous les anciens paras du 9ème RCP qui lisez ces lignes, si ce n'est déjà fait, rejoignez l'Amicale du 9  et rendez-vous sur son site :


http://www.amicalenationaledu9rcp.info/index.html

__________________________

Nom (Email) = VAUDOIS <diane.vaudois@wanadoo.fr>
IP = 83.113.120.108
Ville = Six-Fours-les-Plages
À :       rosier.jean@wanadoo.fr

Message = Je recherche, un aviateur qui a fait l'Indochine en Septembre 1948, j'ai des difficultés à lire son nom au dos d'une photo, peut-être Wolf ou Molf - Prénom Jacky se trouvait au Tonkin en septembre 1948, sur la photo il est habillé d''un blouson d'aviateurs et d'un pantalon blanc, il pose devant un palmier. Merci si vous avez quelqu'un qui connait ou reconnait cette description ou le Nom. Sincèrement,

__________________________-

De :     --------------------------
    Objet :     Réf. : Réponse pour B.
    Date :     9 juillet 2007 18:19:04 HAEC
    À :       rosier.jean@wanadoo.fr

.......................J'avais communiqué toutes les photos, le compte-rendu de mon travail sur ........... au représentant local de l'amicale du RPIMa, et je lui avais demandé de faire suivre.... , il n'a pas fait suivre....
Tout homme qui fait quelque chose en France a contre lui tous ces gens qui devraient faire quelque chose ... etc...etc...
Vous ne pouvez pas vous imaginer les ennuies que j'ai au niveau local, il a fallu que je quitte l'UNP. .............................................

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mon cher ami,

Lorsque tu dis :"Tout homme qui fait quelque chose en France a contre lui tous ces gens qui devraient faire quelque chose"
C’est vrai et je me plais à relever ton observation qui confirme totalement l'opinion que je me suis faite depuis longtemps sur la catégorie les médiocres qui dans la réalité ne sont rien pour n’avoir rien fait mais continuent à jouer les m’as-tu-vu pour donner l’apparence d’une importance qu’ils n’ont pas et sont bien incapable d’avoir.
Comme disait un de mes amis Anglais, il y a les “ON et les OFF”.

J.Rosier

_____________________________________________________________________________________

Humour :
Lorsque les pères s'habituent à laisser faire leurs enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leur parole,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus l'aurorité,
Alors c'est là, en toute beauté et en toute jeunesse le début de la tyranie.


                                                                                                         Platon 327/347 avant J.C.
___________________________________________________________________________________

A méditer :
Excusez moi d'être Vieux

Je suis vieux; ce n'est pas de ma faute,
si cela n'avait dépendu que de moi, je serais resté jeune,
Mais on ne m'a pas demandé mon avis.

Petit à petit, je me suis délabré.
J'ai toujours l'impression d'être jeune,
mais d'après les réactions des autres et les reflexions de mon miroir,
il semble que ça ne soit plus la vérité !

Le feuillage a jauni sur moi peu à peu, sans que je m'en aperçoive.
Pendant que je changeai à peine de l'intérieur,
la façade exposée aux autres s'est décrépie,
et aucun ravalement ne pourra l'améliorer.
C'est une vilaine chose qui m'arrive là !

Qui m'a fait cela?
Qui a posé sur moi sans que je m'en aperçoive ,
les signes extérieurs de décrépitude ?
Vraiment ce n'est pas ma faute.

Excusez moi d'être aussi Vieux.
Vous pouvez rigoler, ça vous arrivera aussi,
mais Dieu soit loué, vous n'y croyez pas encore.
Moi non plus je n'y croyais pas,
je pensais que les Vieux avaient toujours été vieux,
qu'ils formaient comme une race à part.

J'en croisais dans certain villages à des années d'intervalle
et je croyais qu'il s'agissait des mêmes.
Mais non , ce n'étaient pas les mêmes.
Il y a comme un renouvellement de Vieux, un apport de sang neuf,
il y a des Vieux qui viennent de devenir Vieux, 
il y a de jeunes vieux, les Vieux vieux sont morts, eux.
Ils en avaient azzez d'être vieux,
les autres aussi d'ailleurs de les voir de plus en plus vieux.

Moi, ça va encore, je suis un jeune Vieux;
je commence  seulement mon temps Vieux.
Oh! Je ne me fais pas d'illusions, ce ne sera
pas une nouvelle jeunesse, mais
j'espère vivre
encore un bon moment, et mieux, les bons moments.

Je suis là, devant vous,  vous avez une nouvelle vieillesse;
et moi devant moi, qu'est-ce que j'ai ?

                              

                                                                                                         Guy Chaty
___________________________________________________________________________________

Livre d'Or :
<>
Nom (Email) = PODDA Jean Paul (1.rhp@free.fr)
IP = 82.228.112.191
Ville = Mions

Message =
Bonjour Trés beau site et intéressent a lire Bravo et encouragement dans votre démarche Je souhaite retrouver des hussards du Bercheny les anciens de mon contingent la 77/08 du 1 RHP.
Par Saint Michel VIVE LES PARAS

___________________________________________________________________________________

A Lire :


________________________________________________________________________________
___



Si ceux qui disent du mal de moi savaient exactement ce que je pense d'eux, ils en diraient bien d'avantage.
Sacha Guitry

___________________________________________________________________________________